gite belgique Rechercher Compte Client Contactez-nous

Gîtes de Belgique
22 gîtes référencés, 547 villes de Belgique.
Français English Nederlands
 
»Revenir; à la page précédente
 
Kain
   Ville de Hainaut

»Plus; de villes

kainkain

kainkain

kainkain

    Le long de l'axe Tournai-Pottes-Ruyen-Gand, des objets d'époque romaine ont été découverts à Kain: des monnaies - frustes -, une lampe en terre cuite et des fragments de poteries en céramique sigillée. En 1138, Nicolas I, évêque de Cambrai, donne au chapitre de cette ville l'autel de Saint-Brice, à Tournai, avec son annexe de Kain. Dès le milieu du XIIe s. cependant, la localité est érigée en paroisse. Le chapitre Notre-Dame de Cambrai reste évidemment collateur de la cure. En 1474, les habitants du Saulchoir demandent aux Consaux de Tournai l'établissement d'un hôpital au lieu-dit La Tombe, dans la banlieue de cette ville; la construction de l'édifice commence en 1476. Une tradition veut que la chapelle en ait été brûlée par les Huguenots. Celle-ci est encore pillée lors de la Révolution et l'hôpital est fermé.
     
    Entre-temps, La Tombe s'est développé; en 1897, le hameau est devenu suffisamment important pour qu'on y crée une paroisse indépendante de Kain. En 1238, des Cisterciennes, venant d'Obigies, s'installèrent au Saulchoir. Le chapitre de Cambrai approuva leur établissement par un acte du 27 février 1239. Le monastère fut détruit en 1566 : les abbesses Quinte de Bruges (1575) et Madeleine du Buisson (1628) relevèrent de leurs ruines, l'une, le dortoir et le réfectoire, l'autre, l'église. Lors de la période révolutionnaire, l'abbaye fut vendue, avec son enclos, comme bien national. En 1927, les terres attachées à la ferme du Saulchoir totalisaient encore 26 ha. A cette époque, les Dominicains de la province de Paris, expulsés de France par la loi Combes, avaient restauré le monastère (1905) pour en faire, jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, un centre d'études philosophiques et théologiques.
     
    La seigneurie principale de Kain était tenue par les seigneurs d 'Audenarde de I 'abbaye d 'Inde ou de Kornelimünster (Allemagne). Comme elle, les fiefs de Constantin (49 bonniers en 1668) et du Paradis (12 bonniers la même année) dépendaient de la châtellenie d'Ath. En 1669, alors que la région avait été conquise par Louis XIV, la ville de Tournai obtint de ce roi, par le Traité de Chambord du 16 octobre, que les trois territoires soient rattachés à sa nouvelle banlieue. Le Traité de Rijswijck (20 septembre 1697) entérina ce transfert à la France et, en mars 1701, Louis XIV décida que Kain serait intégré au Tournaisis tandis que Constantin et le Paradis resteraient dans le ressort de la ville. Après que le roi de France eut perdu ses possessions dans la région, un décret impérial de 1723 replaça Kain et les deux fiefs sous la juridiction du Conseil souverain de Hainaut.
     
    Au début du XIXe s., la culture de l'asperge était très développée à Kain; la production partait presque entièrement vers le marché lillois. Vers 1830, ce légume était toujours cultivé de façon intensive mais les poires de l'endroit jouissaient également d'une grande renommée. Les habitants cultivaient, en outre, les céréales, les plantes fourragères, le lin, le colza ainsi que les arbustes en pépinières. En 1927, on ajoutait à ces productions celle de la fraise et on mentionnait quelques aviculteurs spécialisés dans la volaille. La culture maraîchère a disparu depuis lors, probablement par manque d'une industrie de conserves.

    Dans les années 30 du XIXe s., à part quelques moulins, on ne voyait guère à Kain que deux brasseries et une distillerie. En revanche, le recensement industriel de 1937 dénombre un chantier de construction navale (près de 50 personnes employées), une fabrique de produits en ciment (même évaluation) et une distillerie (plus de 65 personnes). En 1972, une fabrique de tapis de sol occupe 250 personnes, une fabrique de lingerie, une cinquantaine, et une autre de dentelles fines, 25. Notons que la traversée de la localité par l'Escaut fut facilitée par la construction d'une écluse de 1870 à 1875.

    A découvrir : Tournai

     

JEMELLE, JENEFFE, JUMET, KAIN, LA GLEIZE, LA REID, LA ROCHE-EN-ARDENNE
Promotions
 
Inscrivez-vous à la newsletter

Promotions
Commerces Brabant Wallon
Gite Namur | Gite Luxembourg | Gite Flandre Occidentale | Gite Flandre Orientale | Gite Bruxelles | Gite Hainaut | Gite Liege | Gite Brabant Wallon | Gite Brabant flamand | Gite cote belge | Chambre hote | Gite rural | Meublés de tourisme | Gite Citadin | Gite à la ferme | Villes et régions
Les gîtes de Belgique. Baphira Freelance. © 2007
Les informations contenues sur ce site sont données à titre purement informatif.
Conditions d'utilisation.
Passer une annonce gratuiteCe site est listé dans la catégorie Belgique : Location de gîtes en Belgique Dictionnaire du Net

Magasin CasaGites Belgique